Renaud Girard: «Peut-on empêcher une bombe iranienne?»

Renaud Girard: «Peut-on empêcher une bombe iranienne?»
Renaud Girard. Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

Figaro : Renaud Girard: «Peut-on empêcher une bombe iranienne?»Renaud Girard: «Peut-on empêcher une bombe iranienne?»

C’est un pays encore traumatisé par la massive agression irakienne de 1980, que le Conseil de sécurité de l’ONU n’avait même pas daigné constater. C’est un État avec lequel il n’est pas facile de négocier.

Dans leur première conversation stratégique, qui s’est tenue par téléphone le 24 janvier 2021, le président français et le nouveau président américain ont longuement abordé le dossier iranien. Ils veulent faire baisser les tensions au Moyen-Orient et offrir à la région une stabilité qui lui manque depuis la calamiteuse invasion anglo-saxonne de l’Irak en 2003.

Aujourd’hui, le principal – mais non le seul – facteur potentiel d’instabilité régionale est la théocratie iranienne. C’est un régime fier, susceptible, méfiant, compliqué, soumis intérieurement à toutes sortes de surenchères nationalistes. C’est un pays encore traumatisé par la massive agression irakienne de 1980, que le Conseil de sécurité de l’ONU n’avait même pas daigné constater. C’est un État avec lequel il n’est pas facile de négocier.

Emmanuel Macron et Joe Biden sont convenus qu’il y a, dans la conduite du dossier iranien, deux gouffres à éviter, car menant à une déstabilisation accrue de la région.

LIRE LA SUITE