Israël – Hammas war : DAY 289. Les massacres continuent !

Gaza-Combats intenses dans le sud, Israël pilonne le centre de l’enclave

Une explosion se produit après une frappe aérienne israélienne sur un immeuble résidentiel, dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas, à Nuseirat dans le centre de la bande de Gaza.

Des affrontements intenses opposaient dimanche l’armée israélienne et des combattants du Hamas dans la ville de Rafah, à la pointe sud de la bande de Gaza, tandis que Tsahal menait en parallèle des frappes contre des zones du centre de l’enclave où se sont réfugiés des milliers de Palestiniens déplacés par les combats faisant rage depuis plus de neuf mois.

Les forces israéliennes ont bombardé samedi plusieurs zones de la bande de Gaza, tuant au moins 30 Palestiniens, selon les responsables des services de santé.

Plusieurs quartiers de Rafah, ville frontalière de l’Egypte considérée un temps comme l’ultime abri relatif pour les civils palestiniens, ont été le théâtre d’affrontements entre le Hamas et l’armée israélienne, principalement dans le centre et l’ouest de la ville, où des chars d’assaut de Tsahal avaient pénétré au cours des précédentes quarante-huit heures, ont déclaré des habitants.

Les factions armées palestiniennes ont dit utiliser des roquettes antichars et des obus de mortier pour repousser les soldats israéliens, lesquels ont, selon Tsahal, tué un groupe de combattants qui les attaquaient.

L’armée israélienne a également déclaré avoir détruit des munitions, des entrées de tunnels et des infrastructures à Tel al-Sultan, dans l’est de Rafah.

D’après les services de santé palestiniens, les frappes israéliennes menées au cours des dernières vingt-quatre heures ont tué au moins 64 personnes et blessé plus de 100 autres.

Parmi les victimes figurent le journaliste local Mohammad Abou Jasser, son épouse et ses deux enfants, tués lors d’une frappe israélienne contre leur maison dans le nord de la bande de Gaza, a indiqué un médecin.

Le bureau des médias du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que la mort d’Abou Jasser portait à 161 le nombre de journalistes palestiniens tués par des tirs israéliens depuis le 7 octobre.

Les frappes de l’armée israélienne sur Gaza ont tué 37 Palestiniens ces dernières 24 heures et détruit plusieurs habitations.

Dans le camp d’Al-Nuseirat,, dans le centre de la bande de Gaza, une frappe aérienne contre un bâtiment à plusieurs étages a fait des blessés, dont deux journalistes locaux, ont rapporté les services de secours.

À Rafah, où Israël veut démanteler les derniers bataillons de la branche armée du Hamas, les habitants ont signalé la présence de chars dans les zones situées au nord de la ville, où des combats faisaient rage.

Tsahal a déclaré que ses troupes avaient poursuivi leurs opérations à Rafah, éliminant de nombreux hommes armés dans le quartier de Tel Al-Sultan, à l’ouest de la ville. Dans le centre de Gaza, l’armée a déclaré avoir mené des raids sur des infrastructures.

L’armée a également dit avoir frappé une structure utilisée par des militants palestiniens à Deir Al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, accusant les militants de Gaza d’exploiter les structures civiles et la population à des fins militaires, une allégation rejetée par le Hamas.

Les pourparlers censés déboucher sur un cessez-le-feu menés sous la houlette du Qatar et de l’Égypte avec le soutien des États-Unis ont jusqu’à présent échoué en raison de différends entre les parties en conflit, qui se rejettent mutuellement la responsabilité de l’impasse.

Israël entend éradiquer le Hamas dont les combattants ont tué 1.200 personnes et pris plus de 250 en otages lors d’une attaque du 7 octobre, selon les décomptes israéliens. Depuis lors, au moins 38.919 Palestiniens ont été tués lors des représailles israéliennes, selon les autorités sanitaires de Gaza.

Mardi, Israël a déclaré avoir éliminé la moitié des dirigeants de la branche militaire du Hamas et tué ou capturé environ 14.000 combattants depuis le début de la guerre.

Israël affirme que 326 de ses soldats ont été tués à Gaza.

Le Hamas ne publie pas de chiffres sur les victimes et affirme qu’Israël travestit ses rapports pour donner l’impression d’une « fausse victoire ».

Les espoirs de paix s’amenuisent à Gaza, alors qu’une frappe a une nouvelle fois touché une école dans la bande de Gaza mardi 16 juillet et fait plusieurs victimes. Le ministre palestinien chargé des prisonniers a accusé Israël de mener une « guerre de vengeance » sur les détenus et a dénoncé des actes de torture.

L’armée israélienne poursuivait lundi les bombardements sur le sud et le centre de la bande de Gaza, affirmant viser des responsables du Hamas, deux jours après une frappe meurtrière sur le camp de déplacés de Mawasi, à l’ouest de la ville méridionale de Khan Younès.

Des milliers de tracts, appelant « toutes les personnes » à évacuer via des « couloirs de sécurité », ont été largués au-dessus de la ville de Gaza, dans le nord du territoire. Ces tracts avertissent que cette ville déjà en partie détruite, où se trouvaient jusqu’à présent 300.000 à 350.000 personnes, selon l’ONU, restait « une dangereuse zone de combat ».

Les forces israéliennes ont poursuivi mercredi leur offensive dans le nord et le centre de Gaza, quelques heures après une frappe aérienne sur un campement qui, selon des responsables palestiniens, a fait au moins 29 morts, alors que les négociations en vue d’un cessez-le-feu sont sur le point de reprendre.

The Israeli prime minister’s eagerness to put a spoke into the wheels of any deal is shared by his partner-in-crime, Bezalel Smotrich ■ The evil twins of judicial reform have returned to our lives like a recurring nightmare and are flooding the Knesset with semi-fascist legislation

Un soldat israélien tué dans les combats de Shujaiyeh, un autre soldat tué dans une attaque au couteau dans le nord ■ Tsahal confirme avoir assassiné un haut commandant du Hezbollah au Liban ■ Le Mossad dit avoir reçu la réponse du Hamas à la proposition d’accord d’otages, examinant les détails ■ La police israélienne confirme que l’assaillant d’une attaque à l’arme blanche dans le nord d’Israël, abattu, est un citoyen arabe d’Israël ■ Le ministre de la Défense Gallant dit qu’Israël préfère un accord avec le Liban mais combattra le Hezbollah si nécessaire

The rumors among Israelis about the imminence of an all-out war in Lebanon have been growing, without any necessary connection to events on the ground. On Sunday, four Hezbollah members were killed in Israeli attacks. On the other hand, assault drones and rockets were fired from Lebanon, with 18 Israeli soldiers wounded, one severely, in a drone attack on the Golan Heights.

Yet the Israel Defense Forces and Hezbollah have recently conducted the exchange of fire between each other at a slightly lower level of intensity, for the most part, than has been the case in recent months. That, however, hasn’t really eased the concer

Israël ne veut pas d’une guerre contre le Hezbollah mais a la capacité de ramener le Liban à « l’âge de pierre » le cas échéant, a prévenu mercredi 26 juin son ministre de la défense.

La France demande «la mise en œuvre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies» qui vise à stopper le conflit israélo-libanais.

Emboîtant le pas au Canada, l’Allemagne a appelé ses ressortissants à quitter le Liban.

« Une guerre entre Israël et le Hezbollah pourrait facilement devenir une guerre régionale, avec des conséquences désastreuses pour le Moyen-Orient », s’est lui aussi inquiété le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin.