Appel à publication : « où va l’Arabie saoudite ? »

Appel à publication – numéro 54  de la Revue Géostratégiques sur l’Arabie saoudite

Le Conseil scientifique et le Comité de rédaction de la revue Géostratégique ont choisi pour thème de son prochain numéro l’Arabie saoudite.

En posant la question titre « où va l’Arabie saoudite ? », la revue entreprend de passer en revue l’ensemble des thématiques de politique intérieure et extérieure de la péninsule. La structure du numéro devrait se décliner, entre autres nombreux thèmes, par l’étude de la réorganisation au sommet du pouvoir avec l’arrivée du prince Mohamed ben Salmane dont les méthodes autocratiques et brutales ont marqué les débuts : répression des opposants au sein de la famille régnante, exécution du journaliste Jamal Khashoggi, blocage de nombreux avoirs et comptes bancaires, etc. 

En ce qui concerne la politique intérieure, les auteurs devront également évoquer la question de l’extrême dépendance aux hydrocarbures, l’existence d’une économie de rente avec un marché de l’emploi se situant aux trois quarts dans le secteur public. Une analyse de la très grande difficulté du régime à ouvrir le capital d’Aramco aux investissements étrangers alors que les réserves étrangères en Arabie saoudite ne cessent de baisser depuis six ans, devrait également compléter le tableau d’une économie en mauvaise forme dans le cadre du programme de réforme « vision 2030 » lancé par MBS. La question de la cohésion sociale pourra être posée lorsque 37% de la population est étrangère et que les expulsions de travailleurs immigrés sont massives.

L’analyse d’un panorama religieux du pays abritant les lieux saints de l’Islam fera apparaître le maintien de l’option résolument fondamentaliste avec le wahhabisme et l’exacerbation de l’islam politique, etc.

La stratégie extérieure du nouveau régime représente une partie importante du dossier. Le jeux de pouvoir dans la région correspond à la même tendance brutale de Ryad lorsque l’on considère à la fois la séquestration du Premier ministre libanais pour influer sur la politique intérieure de Beyrouth, l’hégémonie sur le Conseil de coopération du Golfe, l’enrôlement de l’Égypte, de Bahreïn et des Émirats arabes unis dans l’alliance anti-qatarie, le soutien aux groupes djihadistes en Syrie, en Libye et l’engagement dans une guerre d’extermination de la population yéménite, de destruction sauvage de l’économie et des infrastructures du Yémen par une utilisation massive d’armements puissants et de très haute technologie. 

La guerre déclenchée par l’Arabie séoudite est un défi décisif pour la monarchie pétrolière ; elle est notamment une guerre de frontières, Ryad se servant du prétexte houti pour conserver des provinces historiquement yéménites. Une analyse géopolitique globale doit intégrer le fait que la géopolitique régionale de l’Arabie saoudite est conditionnée par la détestation de l’Iran et des chii’tes en accord avec Israël, les ÉAU et les États-Unis. L’Arabie saoudite distingue les nouveaux arcs d’alliance récents qui voient la Turquie, le Qatar et l’Iran se rapprocher sur presque tous les plans sous le regard de Moscou. Cette obsession sur la question iranienne entraîne l’Arabie saoudite au surarmement et à la dépendance des armements et de la logistique occidentaux, principalement américains, même si les raids de drones venus du Yémen ont ridiculisé la capacité du bouclier de protection anti-missile des installations stratégiques d’hydrocarbures saoudiens.

Si en matière stratégique, les échecs succèdent aux échecs pour le nouveau régime saoudien, “printemps arabes”, Syrie, Yémen, Qatar… la question pourra être posée du choix de la fuite en avant, que ce soit au Yémen, en matière de production pétrolière pour déstabiliser le marché mondial, et directement face à l’Iran avec le soutien occidental.

La revue Géostratégiques reste fidèle à sa vocation d’animer librement des débats sur des thématiques qu’elle veut analyser de façon inédite et originale ; de ce fait, l’approche choisie sera la plus ouverte pour ce numéro spécialisé. L’AGP a l’honneur de lancer son appel à communications en direction des meilleures compétences et expertises. La revue, comme à son habitude, fait le choix d’une approche pluridisciplinaire et bénéficiera de l’expertise d’analystes en pointe sur ce pays à très haute teneur géopolitique.

De nombreuses et différentes thématiques pourront, sans exclusive, être abordées dont voici une petite illustration  :

  • la nature de la politique de puissance saoudienne,
  • l’état de ses forces armées,
  • ses relations avec la Russie,
  • ses relations avec les États-Unis
  • sa place dans le CCG
  • ses ambitions régionales de leadership face à l’Iran,
  • l’impossibilité d’atteindre ses ambitions diplomatiques de diversification de ses points d’appui,
  • son enlisement dans le bourbier yéménite
  • le sentiment de son encerclement stratégique,
  • la caractéristique fragile et instable de sa démographie,
  • l’impact économique de sa nouvelle orientation intérieure
  • la fragilité de son unité et de son système politique
  • etc.

Les articles doivent être envoyés à la rédaction la revue Géostratégiques avant 15 Décembre 2019 dans un fichier Word ou RTF. Ils doivent se situer entre 15 000 et 40 000 signes et s’il y a des notes, elles sont en fin de texte. Chaque article devra être accompagné d’un résumé de cinq lignes en français et d’un abstract en anglais de 5 lignes également. Si l’article possède une bibliographie, elle devra être organisée par ordre alphabétique des auteurs en fin d’article. Les auteurs doivent accompagner leurs articles d’une mini-biographie de quelques lignes comprenant éventuellement leur dernière publication ainsi que d’une photographie

CONTACT :  Ali RASTBEEN, Président de l’Académie de Géopolitique de Paris
Tél : 01 48 20 14 89 – Fax : 01 48 20 82 63 – www.academiedegeopolitiquedeparis.com