IL FAUT ALLER VITE SOUS PEINE DE DESENCHANTEMENT DES AMIS DU LIBAN

Commentaires français sur la longueur des tractations gouvernementales : IL FAUT ALLER VITE SOUS PEINE DE DESENCHANTEMENT DES AMIS DU LIBAN

Paris, d’Elie MASBOUNGI

Publiquement annoncée après un ajournement de plusieurs mois, la visite officielle du Président Emmanuel Macron, à la fin de l’année, réaffirme le souhait de la France de voir les choses évoluer positivement au pays du cèdre en soulignant l’urgence de former un gouvernement capable de se mettre à l’œuvre le plus tôt possible pour rattraper le temps perdu.

Cette position française a été exprimée officieusement mais fermement lors des festivités du 14 juillet par des personnalités proches de l’Elysée et du Quai d’Orsay.

Sans compter un commentaire d’un responsable du ministère de la Défense affirmant que le voyage à Beyrouth de la ministre Florence Parly, qui devait avoir lieu le 6 juin, tient toujours mais qu’une nouvelle date sera fixée en septembre.

Ce déplacement et les entretiens franco-libanais prévus à cette occasion devaient porter sur la coopération militaire franco-libanaise et en particulier l’engagement de la France d’accorder au Liban une ligne de crédit de 400 millions d’euros (sur les 550 millions prévus) pour doter l’armée libanaise d’armes et de matériels modernes.

De fait, le retard anormal de la formation d’un nouveau gouvernent libanais provoque une grande déception dans les milieux politiques parisiens intéressés par le Liban et la situation dans la région.

Une déception doublée d’un malaise face aux expectatives des pays amis du Liban qui ont répondu présent à l‘appel du Président Macron lorsqu’il a pris l’initiative d’organiser les trois conférences internationales de soutien au Liban dont les assises intitulées « CEDRE ».

« Ces longues et anormales tractations pour la formation d’une nouvelle équipe ministérielle à Beyrouth ont terni la satisfaction des amis français du Liban après le déroulement des élections législatives », a déclaré un proche de l’Elysée devant un groupe restreint de journalistes ajoutant que les hauts dirigeants libanais ne devraient pas attendre des développements régionaux favorables mais trancher le plus rapidement possible pour mettre sur pied une équipe ministérielle sous peine de perte d’intérêt au niveau des « amis du Liban » si bien mobilisés par le Président Macron.

En attendant, remarque cette personnalité proche de l’Elysée, des organismes professionnels libanais et des responsables des secteurs économiques multiplient les conférences sur l’énorme travail de relèvement du pays, notamment au plan des grands projets d’infrastructure et de préparation à l’ère pétrolière.

Au cours d’un séminaire tenu il y a une dizaine de jours par un grand groupe pétrolier français concerné par l’extraction du pétrole libanais, des questions techniques, politiques et économiques ont été longuement discutées avec en arrière- plan, la lenteur de la formation d’un nouveau gouvernement à Beyrouth et l’absence de gestes concrets pour le règlement du litige sur la ligne de démarcation maritime libano-israélienne.

Au MEDEF et dans les milieux bancaires, des responsables interrogés sur leurs intentions de s’engager au Liban, répondent que les propos rassurants du gouverneur de la Banque du Liban sur la stabilité de la livre libanaise ne suffisent pas pour que des décisions fermes et précises soient prises au sujet du méga-chantier libanais.

Là aussi, la mise sur pied dans les plus brefs délais d’un gouvernement libanais représentatif et fiable est avancée comme condition préalable.

A propos Elias Masboungi 253 Articles

Elias Masboungi, Journaliste depuis 1965.

Président de TRILOGUE F.E.O., directeur de la publication et rédacteur en chef de TRILOGUENEWS.COM

A débuté sa carrière au Journal “Le Soir” à Beyrouth, ensuite comme rédacteur puis correspondant en France à Paris jusqu’à ce jour du journal libanais en langue française “L’Orient-le-Jour”, premier média national libanais.

Président de l’Association de la Presse Etrangère – APE en 2001 et 2002, co-fondateur du Centre de la Presse Etrangère (CAPE) puis Président d’honneur de l’APE depuis 2003.