MONDAFRIQUE : La question nucléaire iranienne, une diversion dans un monde déboussolé

Le monde entier regarde désormais les négociateurs de Vienne qui se retrouvent ce lundi 27 décembre pour sauver l’accord du 14 juillet 2015.

Se pourrait-il que la France dans l’Europe et l’Europe dans le monde proposent « un autre point d’équilibre dégagé de la rivalité entre les États-Unis et la Chine ? » La France dans l’Europe est le véritable sujet et l’Europe dans le monde en est la suite logique. Pour l’auteur de l’article, Xavier Houzel, tout cela n’a rien à voir avec la question nucléaire iranienne, qui n’est qu’une diversion.

Le président Ebrahim Raïssi l’avait lui-même annoncé au président Emmanuel Macron lors d’un entretien téléphonique de la fin de novembre. L’envoi à Vienne d’une équipe complète allait démontrer le sérieux de l’Iran dans les pourparlers : « Si les Américains lèvent les sanctions et que les Européens remplissent leurs engagementsl’Iran remplira ses obligations ».  La République Islamique se disait être prête à poursuivre sa « pleine coopération » avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), attitude qu’elle paraît observer depuis, en dépit de tous les dénigrements. Téhéran exigeait des garanties que les sanctions seraient levées et que les Américains ne pourraient plus se retirer du Traité. LIEN VERS L’ARTICLE