Al Aalem : La région kurde de Hawraman en Iran a été inscrite par l’UNESCO /اليونسكو تدرج هورامان ضمن التراث العالمي.. وحلبجة ترحب

La région kurde de Hawraman en Iran a été inscrite par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial. Mardi 27 juillet, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a inscrit la région montagneuse de Hawraman sur la liste du patrimoine, à l’issue d’un vote à l’unanimité.

اليونسكو تدرج هورامان ضمن التراث العالمي.. وحلبجة ترحب

بغداد – العالم الجديد

رحبت أوساط ثقافية واجتماعية في محافظتي السليمانية وحلبجة، اليوم الثلاثاء، بقرار منظمة اليونسكو العالمية إدراج منطقة هورامان التابعة لمحافظة حلبجة ضمن قائمة الآثار العالمية.

وقال مدير الثقافة والفنون في محافظة حلبجة محمد فتاح في تصريح صحفي، إنه “خبر مفرح جدا للكرد عموما واهالي منطقة هورامان وحلبجة وحوض شهرزور خصوصا”، موضحا أن “القرار جاء نتيجة جهود من مثقفين كرد من هورامان وحلبجة”.

وأضاف أن “المنطقة تتصف بحضارتها القديمة”، مبينا أن “الثقافة بهذه المنطقة مغايرة جدا من حيث المعمار وفنون الشعر والغناء والدبكات والجانب العلمي ايضا”. READ MORE

KURDISTAN – L’UNESCO a inscrit la région kurde d’Hawraman ou Avroman qui se trouve à cheval entre le Kurdistan d’ « Irak » et le Kurdistan d’ « Iran » sur sa liste du patrimoine mondial. 

Le site Web de l’UNESCO a écrit en termes élogieux que 
« le paysage reculé et montagneux de Hawraman/Uramanat témoigne de la culture traditionnelle du peuple Hawrami, une tribu agropastorale kurde qui habite la région depuis environ 3000 avant notre ère. »
Hawraman est une région frontalière montagneuse, connue pour ses paysages à couper le souffle. Les habitants parlent également leur propre dialecte kurde, connu sous le nom de Hawrami, qui est différent des autres principaux dialectes kurdes tels que le sorani et le kurmanji.
 
Hawraman, au cœur des monts Zagros dans les provinces du Kurdistan et de Kermanshah le long de la frontière occidentale de l’Iran, comprend deux composantes : la vallée du centre-est (Zhaverud et Takht, dans la province du Kurdistan) ; et la vallée occidentale (Lahun, dans la province de Kermanshah).
 
L’UNESCO a déclaré que le mode unique d’habitation humaine dans ces deux vallées s’est adapté au cours de milliers d’années à l’environnement montagneux accidenté.
«La planification et l’architecture à plusieurs niveaux des pentes abruptes, le jardinage sur des terrasses en pierre sèche, l’élevage du bétail et la migration verticale saisonnière font partie des caractéristiques distinctives de la culture et de la vie locales du peuple semi-nomade Hawrami qui habite dans les basses terres et les hautes terres à différentes saisons de l’année» déclare le communiqué de l’UNESCO.