TRT : Entre la Turquie et la France, la tempête ! par Öznur Küçüker Sirene

Erdoğan -Macron
Erdoğan -Macron

Entre la Turquie et la France, la tempête ! Par Öznur Küçüker Sirene

Après le rappel par Paris de l’ambassadeur de France en Turquie, une première dans l’histoire diplomatique des deux pays, les relations franco-turques sont plus tendues que jamais.

Erdoğan -Macron

Tout a commencé après la republication des caricatures du prophète Mohammed (saw) par Charlie Hebdo qui ne cesse de créer polémiques et divisions en France. Après le tragique attentat de 2015 contre le magazine, Charlie Hebdo est en quelque sorte devenu l’un des symboles forts de la République française. Pour la France, il ne faut renoncer à la « liberté d’expression » quel qu’en soit le motif et Charlie Hebdo use de son pouvoir de s’exprimer sans aucune limite. 

L’enseignant Samuel Paty qui a montré ces caricatures en classe dans un cours sur la liberté d’expression fut assassiné par un jeune d’origine tchétchène, devenant ainsi une nouvelle victime de cette notion de liberté d’expression absolue. S’il ne méritait absolument pas cette mort, les près de 6 millions de Musulmans en France qui n’ont aucun lien avec l’attentat (et qui l’ont tous unanimement condamné) n’ont pas non plus mérité leur stigmatisation qui fait suite à l’attentat. Le gouvernement qui a promis de prendre des mesures fortes contre « l’islamisme radical et le séparatisme » s’attaque aux mauvaises personnes en les désignant comme « des ennemis de l’Etat » : Deux ONG musulmanes, le CCIF et Barakacity risquent la dissolution. De nombreuses perquisitions ont eu lieu chez des imams et responsables d’associations. La mosquée de Pantin a été fermée pour une durée de 6 mois et d’autres mosquées peuvent faire face à un contrôle et une pression de plus en plus accrue par les autorités françaises. 

L’atmosphère d’islamophobie sans précédent qui s’est instaurée en France s’est également répandue dans d’autres pays de l’Europe comme l’Allemagne où la mosquée Mevlana a été perquisitionnée sans motif. Accusant le gouvernement français de ne pas respecter les droits des millions de citoyens français de confession musulmane, le président Recep Tayyip Erdoğan a invité le président français Emmanuel Macron à « faire contrôler sa santé mentale ». Si l’Elysée a jugé ces propos « inacceptables », l’ambassadeur de France en Turquie, Hervé Magro, fut également rappelé pour “consultation”, une première dans l’histoire des deux pays qui entretiennent l’une des plus anciennes relations diplomatiques. LIRE LA SUITE