GAZA : 225ème jour de guerre.

Rafah en proie à de violents combats et des bombardements

« Il n’y a aucun progrès » dans les négociations en vue d’un accord entre Israël et le Hamas, a déclaré à Haaretz une source étrangère proche des pourparlers. Israël est disposé à poursuivre les négociations avant de prendre des décisions majeures sur une vaste opération militaire à Rafah, a déclaré la Maison Blanche. Il y a eu de nombreux lancements de roquettes et de drones sur le nord d’Israël depuis le Liban, ainsi que des attaques à la roquette depuis Gaza. Un mouvement populaire arabo-juif envisage de constituer une « Garde humanitaire » pour protéger les convois humanitaires à destination de Gaza contre les attaques des militants israéliens d’extrême droite.

Un calme prudent a régné aujourd’hui sur le front sud tôt le matin, après une journée enflammée hier, au cours de laquelle le Hezbollah a révélé des armes de missiles lourds , pour la première fois dans la guerre avec Israël.  L‘armée israélienne a annoncé « l’explosion de deux drones piégés près de la colonie de #Beit Hillel après leur lancement depuis le Liban », et cette explosion a provoqué « un incendie sur le site, mais aucune victime n’a été déplorée ».

Alors que certains des combats les plus intenses depuis des semaines se déroulent aux extrémités nord et sud de la bande de Gaza, des centaines de milliers de Palestiniens ont de nouveau fui alors que les groupes humanitaires avertissent que la crise humanitaire pourrait s’aggraver fortement.

Ce samedi 11 mai, l’armée israélienne a ainsi appelé les habitants de plusieurs quartiers supplémentaires de la ville surpeuplée du sud de Gaza à évacuer, et à se rendre dans la «zone humanitaire élargie» d’al-Mawasi, selon un message publié en arabe sur X par un porte-parole de Tsahal.

@UNRWA estimates 150,000 people have now fled #Rafah since Monday, looking for safety where there’s none.

Image

La diminution des stocks de nourriture et de carburant pourrait contraindre les opérations d’aide à s’arrêter d’ici quelques jours à Gaza alors que les points de passage vitaux restent fermés, obligeant les hôpitaux à fermer et entraînant davantage de malnutrition, ont prévenu vendredi les agences humanitaires des Nations Unies.
Les travailleurs humanitaires ont tiré la sonnette d’alarme cette semaine concernant la fermeture des points de passage de Rafah et Kerem Shalom à l’aide et aux personnes dans le cadre de l’opération militaire israélienne à Rafah, où se sont réfugiés environ un million de personnes déracinées.
L’armée israélienne a déclaré qu’une opération limitée à Rafah visait à tuer des combattants et à démanteler les infrastructures utilisées par le Hamas, qui gouverne le territoire palestinien assiégé.
« Depuis cinq jours, aucun carburant et pratiquement aucune aide humanitaire n’est entrée dans la bande de Gaza, et nous raclons le fond du baril », a déclaré Hamish Young, coordonnateur principal des urgences de l’UNICEF dans la bande de Gaza.
« C’est déjà un problème énorme pour la population et pour tous les acteurs humanitaires, mais dans quelques jours, si elle n’est pas corrigée, le manque de carburant pourrait paralyser les opérations humanitaires », a-t-il déclaré lors d’un point de presse virtuel.
Plus de 100 000 personnes ont fui Rafah ces cinq derniers jours

Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a averti mardi que toute attaque militaire israélienne contre Rafah , dans le sud de la bande de Gaza, constituerait une « escalade intolérable ».

Guterres a déclaré dans une déclaration aux journalistes que toute « attaque militaire contre Rafah constituerait une escalade intolérable et entraînerait la mort de civils supplémentaires et forcerait des centaines de milliers de personnes à fuir », et il a exhorté les autorités israéliennes à ne pas lancer une telle opération.