REFLEXIONS ET SIGNALISATIONS

Débats, analyses, points de vue sur les FAKE NEWS et autres infos bidonnées, informations délibérément fausses, truquées pour contourner, repérer les tentatives de désinformation.

Une rubrique organisée autour de différentes formes d’interventions :

 

 


L’ère des fake news

27 octobre 2017 par Georges Bonfils,

Membre du centre français d’information sur l’intelligence économique et stratégique

Les fake news se sont imposées sur Internet et concurrencent les médias traditionnels

Rappelons que le terme de fake news reste le plus souvent contesté dû à la diversité des situations qu’il englobe. Il peut s’agir aussi bien d’inexactitudes rapportées pourtant de bonne foi par des responsables publics que d’un discours faux diffusé dans un but parodique, idéologique, ou encore mercantile en attirant le plus de visiteurs vers une page web à l’aide d’un titre racoleur . La diffusion des fake news a eu pour résultat de faire accéder l’expression « post truth » au titre d’expression de l’année 2016 par l’Oxford English Dictionnary. Ce phénomène profite de ce que la frontière qui sépare la vérité de la calomnie est ténue. Il se développe sur l’insinuation et l’influence dans le but d’amener un destinataire à tirer les conclusions souhaitées.

Finalement, ce que nous appelons fake news n’est bien en fait que le nouveau nom de la désinformation. LIRE LA SUITE


Think Tanks, médias et politique à l’ère des fake news

Confrontation économique et commerciale entre Chine et États-Unis, soupçons d’ingérence russe dans les processus électoraux, recul du multilatéralisme, début de la présidence de Jair Bolsonaro au Brésil, turbulences au Moyen-Orient, élections européennes sous tension entre Brexit, crise des gilets jaunes en France et relations tendues entre la Commission européenne et certains États membres, les dossiers complexes exposés au risque de fake news ne manqueront pas en 2019. Face à la diffusion toujours plus instantanée des informations, vraies ou fausses, auxquelles les réseaux sociaux servent de caisse de résonance, comment think tanks, politiques et médias peuvent – doivent – se positionner ? Pris dans un paradoxe entre le devoir de vérification, la vigilance et le recul nécessaires à la diffusion de l’information, et l’urgence ou la réactivité qu’impose la prolifération des fausses nouvelles, quelle attitude adopter ? Quels risques pour la démocratie et la diplomatie multilatérale ? LIRE LA SUITE

 


LA DÉSINFORMATION : LES ARMES DU FAUX
Lundi 15 février 2016, 18h30 – 20h00  Espace de conférences de l’IRIS
couv-desinformation-HuygheInfo, intox ? Complot, rumeur ? La désinformation serait partout, et la vérité nulle part. Ces questions obsèdent nos sociétés où il semble qu’en ligne tous puissent s’exprimer et que rien ne doive rester caché. Pourtant, la désinformation a une histoire. Elle s’exprime pendant la guerre froide et accompagne la mondialisation, avant que le web et les réseaux sociaux ne lui ouvrent de nouveaux horizons.
En explorant les mécanismes de ce qui nous abuse et que nous refusons parfois de croire, des systèmes de pouvoir apparaissent et de nouvelles formes d’idéologies se manifestent. Quand la vérité des faits devient l’objet central de nos luttes, la désinformation n’est plus qu’une question morale : elle est un enjeu stratégique.

La conférence sera organisée autour de François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS, de Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense auteur du “Guide du petit Jihadiste” (Fayard, 2016) et de Romain Zerbib, enseignant-chercheur au LARA/ICD Business School et chercheur associé au Centre de Recherche en Gestion (CEREGE).

Elle sera animée par Pierre-Marc de Biasi, directeur de recherche au CNRS, plasticien et écrivain.